Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LPC - Les Pierres qui Chantent

Cabinet associatif d'étude et expertise en architecture et acoustique. Amélioration de l’habitabilité acoustique des logements pour personnes vulnérables et handicapées. Assistance à Maitrise d’Ouvrage en BTP. LPC travaille en lien avec le laboratoire d'Architecture UMR 7218 CNRS, des agences d’architectes, des établissements médico-sociaux, et contribue à la formation professionnelle dans ses disciplines d’étude. LPC est propriétaire du Label "Haute Qualité Acoustique". CONTACT 06 63 16 87 89

Le facteur acoustique dans les projets architecturaux à destination des personnes avec handicap mental ou avec autisme

Publié le 27 Janvier 2016 par Olivier MANAUD - Cécile BARRANDON

L'association LES PIERRES QUI CHANTENT oeuvre pour l'amélioration de l'habitabilité acoustique des logements des personnes avec autisme. Voici une petite synthèse des enjeux de l'intégration du facteur sonore dans les ces lieux d'accueil ou ces lieux de vie.

A- Enjeux d’une bonne prise en compte :

  • Favoriser le bien être des personnes accueillies et du personnel éducatif.

Le confort acoustique est une nécessité : il fait partie des conditions minimales de l’acte d’habiter (au même titre que le confort thermique ou de celui de l’hygiène).

  • Réduire les mécanismes de crises produits par des phénomènes sonores.

Dès lors que ces phénomènes auditifs sont perçus comme agressifs, il est fréquent que certaines personnes entrent dans des mécanismes de crise. Le problème s’accentue lorsque ces troubles se matérialisent par des cris amplifiant et aggravant la sensation d’agression sonore. Il n’est pas rare qu’il y ait des phénomènes de contagion, la crise des uns suscitant celle des autres… Une bonne prise en compte de l’acoustique peut donc diminuer sensiblement ce problème.

  • Réduire les risques psycho-sociaux consécutifs à une acoustique défaillante.

Le cercle vicieux des crises entraîne souvent un niveau sonore nettement au-dessus des normes sanitaires en vigueur et vérifiées par la médecine du travail. Régulièrement le personnel éducatif vit des situations à la limite du supportable. Ceci réduit donc leur efficacité professionnelle, et peut parfois entraîner des arrêts de travail.

  • Briser le cercle vicieux du repli sur soi, matérialisé par l’utilisation des bouchons d’oreilles.

Devant la déficience acoustique de certains lieux, il arrive que les personnes accueillies et même le personnel éducatif utilisent quotidiennement des casques ou bouchons d’oreilles. Cela ne favorise pas des relations sociales entre les résidents et le personnel… L’amélioration du cadre sonore pourrait palier ce problème.

  • Faire une économie financière à long terme.

La plupart des architectes n’ont que des rudiments de formation en matière acoustique. L’intégration d’experts dans les projets de construction ou de réhabilitation est un investissement légalement facultatif, mais pourtant bien nécessaire. Une meilleure qualité acoustique permettra de réduire les coûts collatéraux (détérioration du matériel, arrêt maladie et remplacement du personnel, mutilation…etc).

B- Des difficultés et des défis :

  • Des normes acoustiques insuffisantes pour un public hors normes, surtout lorsqu’il s’agit d’accueillir des personnes avec autisme.

Le seul respect des normes acoustiques en vigueur est bien souvent insuffisant pour des personnes sujettes à des troubles du comportement accompagnés de cris parfois de grande intensité.

  • L’hyper sensibilité auditive des personnes avec autisme.

Certains bruits ou fréquences sonores sont parfois insupportables pour certaines personnes handicapées : qu’il s’agisse des bruits de pluie, des bruits de moteur de VMC, d’alarmes incendie, de claquements de portes…

  • Les solutions acoustiques ne se réduisent pas à l’architecture des bâtiments.

Elles touchent aussi à la domotique et à la manière avec laquelle on habite les lieux.

  • L’acoustique est à considérer dans une approche sensorielle large.

C’est à dire que la question sonore doit dialoguer avec la lumière, voire l’odorat. Pour les personnes avec autisme l’hypostimulation ou l’hyperstimulation doivent intégrer l’ensemble des sollicitations sensorielles. Résoudre la problématique acoustique se fait conjointement avec l’intensité lumineuse.

  • Il y a parfois des conflits de normes légales difficiles à articuler. Par exemple certaines portes coupe-feu dans des longs couloirs ne peuvent pas toujours être simultanément des portes acoustiques.
Commenter cet article