Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LPC - Les Pierres qui Chantent

Cabinet associatif d'étude et expertise en architecture et acoustique. Amélioration de l’habitabilité acoustique des logements pour personnes vulnérables et handicapées. Assistance à Maitrise d’Ouvrage en BTP. LPC travaille en lien avec le laboratoire d'Architecture UMR 7218 CNRS, des agences d’architectes, des établissements médico-sociaux, et contribue à la formation professionnelle dans ses disciplines d’étude. LPC est propriétaire du Label "Haute Qualité Acoustique". CONTACT 06 63 16 87 89

Protocole d'enregistrement pour expertise IRM

Publié le 20 Février 2015 par Olivier MANAUD - Cécile BARRANDON

Le mardi 17 février, l’ingénieur du son Kerwin ROLLAND nous a rejoint à Quimperlé pour l’enregistrement d’échantillons sonores préparatoires à une analyse IRM. Au préalable nous avions convenu d’un protocole avec un laboratoire de neuroradiologie de Paris.

Visée :

Ce protocole devrait permettre d’identifier l’incidence du chant grégorien sur le cerveau humain en fonction de plusieurs paramètres liés à l’architecture, aux phénomènes acoustiques, à la tessiture vocale et à la structure modale du chant.

Nous avons réalisé 8 échantillons sonores de 3 séquences de 30 secondes chacun. Exactement les mêmes pièces grégoriennes ont été enregistrées pour chacun des échantillons (même tempo, même diapason, même note de départ, même protocole d’enregistrement).

- Echantillon 1 : Voix de femme – acoustique neutre

- Echantillon 2 : Voix de femme – abbaye Ste Croix – face autel chœur des moines

- Echantillon 3 : Voix de femme – abbaye Ste Croix – plateforme

- Echantillon 4 : Voix d’homme – acoustique neutre

- Echantillon 5 : Voix d’homme – abbaye Ste Croix – face autel chœur des moines

- Echantillon 6 : Voix d’homme – abbaye Ste Croix – Plateforme

- Echantillon 7 : Voix d’homme – acoustique neutre + battement binauraux numériques

- Echantillon 8 : Voix de femme – acoustique neutre + battement binauraux numériques

Les échantillons seront utilisés pour des séquences IRM auprès de patients non musiciens et identifieront les zones du système limbique stimulées par les différents échantillons, et produiront une interprétation des résultats.

Questions en suspens :

Le bruit de fond important généré par l’appareil de mesure IRM (autour de 90 dB) nous pose une vraie question. Nous avons compris que ce bruit pouvait être en partie atténué par le casque (conduction osseuse), mais seulement de manière très partielle (de 20 à 30 dB). Or nous soulignons que l’expérience est ici acoustique et que le chant grégorien requiert ordinairement une qualité de silence…(1)

La séparation du stimulus sonore et du bruit de l’imageur par l’utilisation du décours temporel BOLD suffira-t-elle à bien mettre en valeur la caractérisation des battements binauraux, qu’ils soient suscités par l’ordinateur ou par l’architecture ? N’y aura-t-il pas un risque d’absorption du phénomène que nous voulons identifier avec ce bruit de fond ? Est-ce que « l’accoutumance » du patient au bruit de fond sera suffisante pour rendre son cerveau réactif aux stimuli musicaux du chant ?

Judith Becker s’est posée les mêmes questions que nous (quant à l’incidence de la musique sur les zones profondes du cerveau : lobe frontal du système cortical, le cortex préfrontal, le cortex auditif dans le lobe temporal, et certaines partie du cortex pariétal) a choisi un autre mode d’investigation qui n’a pas le problème des bruits de fond. Elle parvient à démontrer que la réponse galvanique de la peau est plus forte dans l’architecture d’une église qu’en laboratoire. Cependant, sa méthode ne permet pas d’identifier, il nous semble, le phénomène d’éventuels battements binauraux. « La GSR, (Galvanic Skin Response) la réponse galvanique de la peau est la mesure d’un petit courant électrique entre deux électrodes attachées au bout des doigts du participant. En réponse à la stimulation du ANS (Autonomic Nervous System) l’activité des glandes sudoripares de la main cause en chaque instant des changements dans la conductance relative d’un petit courant électrique entre les deux électrodes. » Judith BECKER, « L’action-dans-le-monde. Emotion musicale, mouvement musical et neurones miroirs », in Cahier d’ethnomusicologie, 23/2010, pp. 29-52

------------------------------------------------------------------------------

1.« Ce bruit de fond créé par l’imageur pendant l’acquisition des images est connu pour entraîner par lui-même une stimulation du cortex auditif, et de plus augmente des seuils auditifs pour la perception des sons purs, de manière variable en fonction de la hauteur de ces derniers. Par ailleurs, il a été démontré que la sommation du bruit de fond et du stimulus sonore s’effectue de manière non linéaire au niveau cérébral. » Francis VEILLON, Imagerie de l’oreille et de l’os temporal – vol. 1.

commentaires

Tournage d'un documentaire TV

Publié le 1 Février 2015 par Olivier MANAUD - Cécile BARRANDON

L'équipe N.E.O.S. Films en action.
L'équipe N.E.O.S. Films en action.

L'équipe N.E.O.S. Films en action.

Emmanuel Chevillat et Victorien Tardif sont venus pour la réalisation d'un documentaire qui paraîtra courant Mars sur BaglisTV. Interview à domicile et prise de son dans l'abbatiale Sainte-Croix à Quimperlé. La perspective est de présenter un axe de recherche du Laboratoire d'Archéologie UMR 5138 CNRS de Lyon : comment l'archéologie sonore apporte un nouvel éclairage à la compréhension des édifices médiévaux. Enquête sur les rapports lumière et son, le chant Grégorien, étude des notes de résonance, battements binauraux...www.neosfilms.fr contactneosfilms@gmail.com  

commentaires